CUISINE DES PLANTES SAUVAGES



 

Les plantes sauvages sont de retour. 

Alors qu'elles nous ont accompagnées durant des millénaires, l'agriculture peu à peu les a mis de côté pour les oublier presque totalement, sous prétexte que de beaux légumes réguliers, techniquement produits, calibrés, aseptisés, au même goût et disponibles toute l'année valaient mieux que ces mauvaises herbes douteuses et HO horreur, potentiellement toxique. Seules ont résisté au vent du progrès le pissenlit et l'ortie  s'en sont sortis indemnes.  Et encore, pour la plus part du temps être contenus dans la salades aux lardons et croutons ou la fameuse et exclusive soupe aux orties. 

Nous voyons depuis quelques années la renaissance de cette pratique, synonyme de liberté chérie retrouvée, ré-apparaître avec un pêlemêle d'approximations sur les sites internet. Ce point appelle à notre vigilance mais pas à votre retenue. Allons y !!!!! retrouvons ce patrimoine universel qui a permis à l'être humaine de s'alimenter bien au delà du mammouth de nos manuels d'histoire, en se faisant accompagner et en acceptant que le temps est facteur de réussite et de sécurité. 

Retrouver ce lien, c'est aussi re-nourrir notre cerveau reptilien qui se souvient du lien entre plantes et saisons, entre plantes et terroirs.

La plante sauvage participe en partie à la prévention et la guérison face aux déséquilibres ou accidents tapis derrière un marais, un éboulis, une brulure par le soleil. Bien souvent le remède pousse pas loin du problème. Bien des traditions l'on compris.  Alors est-ce qu'en réapprenant à consommer les plantes sauvages de son jardin ce ne serait pas aussi renforcer son système face au problématique du milieu ? Une chose est certaine, les plantes sauvages sont d'une richesse nutritionnelle bien supérieur à celles de nos légumes, même bio. Acides aminées, vitamines, minéraux, enzymes...... viendront vous confirmer que ce n'est pas la quantité, mais la qualité qui nourrit. 

je vous accompagne lors d'évènements, stages, prestations dans la lecture de ces pelouses, haies, prés, potagers regorgeant de verdures, racines sauvages comestibles, baies, fleurs gourmandes. Il s'agit d'avancer doucement mais prudemment dans livre ouvert qu'est la nature où se voisinent les meilleurs, les toxiques voir les mortelles. 

Comme Hervé vous n'oserez peut être plus marcher sur votre pelouse comme avant, avec la sensation de marcher dans votre assiette.